Commentaire S2 vs Meyzieux HB

C’est une formation du HBGG largement remaniée qui se présente à Meyzieu. Entre les absents, les blessés, les retours d’absence et les descentes en équipe 3 (qui joue le même soir à Privas), ne reste que la moitié de l’équipe alignée lors du précédent match : Braune, Fourel, La Russa, Papin, Rey et Tournoux. Pour compléter l’effectif, ce ne sont pas moins de 6 joueurs du groupe 1 qui ont été mis à disposition du duo Belaziz-Brueyre : Marce, Brueyre, Nardello, Desbos, Pontier et Rocha.

Autant dire qu’à l’arrivée dans le quelque peu vétuste gymnase des banlieusards lyonnais, c’est une confiance légitime qui règne dans les esprits, tant des joueurs que des accompagnateurs. Confiance renforcée au vu de l’échauffement des deux équipes. Les Zébrés présents en sont convaincus : les choses ne peuvent que bien se passer. Et pourtant…

Durant toute la partie, les verts du HBGG auront en fait toutes les peines du monde à imposer leur jeu, offrant bien trop de largesses défensives et ne réussissant à mettre en avant leur force de frappe et leurs atouts du soir (les contre-attaques éclairs et les tirs longue distance) que par intermittence.

L’évolution du score reflète les difficultés rencontrés par le HBGG qui n’a jamais réussi à véritablement se détacher : + 4 à la mi-temps (15-19), + 7 au final (32-39). On aurait aimé souligner la réussite aux tirs de Desbos, l’activité de Nardello, les parades de Marce (avec notamment 4 arrêts consécutifs à la 17ème minute), la belle rentrée de La Russa, mais ce sont d’autres faits qui ont marqué les esprits : 1 carton rouge, 4 cartons jaunes, 5 exclusions temporaires…

Car malgré son courage et son envie, ce n’est pas l’équipe de Meyzieu qui a perturbé les Ardéchois. En fait, les hommes de Belaziz ne sont jamais parvenus à prendre la mesure de l’arbitrage proposé par la paire du soir. Un arbitrage qui était peut-être d’un trop haut niveau pour une rencontre d’honneur régional... Un arbitrage qui a en tout cas été au centre de la rencontre : atypiques, surprenants, déroutants, surréalistes… les adjectifs ne manquent pas pour qualifier les décisions et les coups de sifflet qui ont émaillé la rencontre et haché le rythme du match. Du jamais vu en quelque sorte. Le jeu de mot est facile mais chacun à dû se dire : « je n’en crois pas mes yeux ! ».

Point positif, les lois du jeu n’auront désormais plus de secrets pour les acteurs du match et les spectateurs : la loi 8.6 notamment mais aussi l’alinéa 177 du point 13 de l’article 32 ou encore le sous-point 47 de l’article 6-bis... Tout cela pourrait prêter à sourire (et rien que pour cela, cela valait vraiment le coup d’assister à cette rencontre) mais les dernières minutes ont carrément tourné au grand n’importe quoi avec l’un des deux arbitres se désintéressant totalement de la conduite du match pour provoquer ostensiblement le banc et l’un des joueurs du HBGG durant les 3 dernières minutes : une scène que n’aurait pas reniée Sergio Léone dans « Le bon, la brute et le truand ».

Fort heureusement, joueurs et coachs ont su garder calme et sang-froid pour repartir avec la victoire et sans blessé (c’est à souligner). On s’en contentera même si le contenu ne donnera pas forcément le plein de confiance à l’heure de préparer la réception de Chabeuil, samedi prochain au centre omnisports.

JF

Aestivo - Partenaire et réalisation web