commentaire des S1

Depuis la belle victoire d’il y a 15 jours contre les voisins loriolais qui avait permis au HBGG de se hisser à la 3ème place de la poule 7 de N3, on savait que le déplacement à Cournon d’Auvergne, dauphin de Bourgoin, serait un vrai test entre deux formations qui ambitionnent d’accrocher le podium.

D’un côté, une équipe du HBCA, au complet, sûre de sa force et redoutable sur ses terres. De l’autre, une équipe du HBGG amoindrie par les blessures, privée de plusieurs éléments et donc fortement remaniée pour l’occasion. Tandis que Julien Chaix, blessé, cède son brassard de capitaine à Lionel Héritier et prend place sur le banc, aux côtés de coach Messador, un « nouveau » joueur intégre l’effectif : David Noalhyt, forcé de reprendre du service dans ce gymnase qui avait si bien réussi au HBGG en 2015, en quart et en demi-finale de la Coupe de France, avant le sacre de Coubertin.

Au coup d’envoi, le rapport de force semble pour le moins déséquilibré et c’est en guerriers et dans un esprit commando que les jaunes et verts entrent dans la partie.

Respectant à la lettre le plan de jeu élaboré dans la semaine, le HBGG impose d’entrée un faux rythme : les attaques placées sont minutieusement préparées, longuement travaillées et parfaitement exécutées, notamment par Rémi David qui trouve de nombreux décalages dans la défense 1-5 adverse. Les deux équipes font jeu égal et il faut attendre la 10ème minute pour voir Cournon créer un petit écart (7-4). Les jaunes et verts ne s’affolent pas pour autant et restent dans la roue des Auvergnats. Mieux même, ils comblent progressivement leur retard en alternant jeu posé et contre-attaques express, car dans ses cages, en dernier rempart infranchissable, Alexi Marce multiplie les parades et offre plusieurs caviars sur des maîtres relances à nos fusées Pierre Lesage à gauche et Julien Rocha à droite. Le HBGG reprend la tête (12-14). Les dernières minutes de la première mi-temps sont âpres et intenses, mais les jaunes et verts, plein d’abnégation, parviennent à garder un petit avantage et virent en tête à la pause : 14-15.

La seconde période reprend sur le même mode. Le HBCA pousse et profite de l’efficacité de sa base arrière, avec une mention particulière à l’ancien valentinois Bouquet dont les tirs à 9 m font mouche à plusieurs reprises ; le HBGG répond avec ses armes du jour, un jeu posé qui voit les supporteurs auvergnats réclamer à maintes reprises des refus de jeu et, dès que l’occasion se présente, des contre-attaques bien inspirées.

Les deux formations se livrent à un véritable mano a mano, aucune ne parvenant à prendre véritablement l’avantage. A la 55ème minute, on croit assister à un tournant en notre faveur quand deux joueurs cournonnais se voient coup sur coup infliger une exclusion temporaire. A 6 joueurs de champ contre 4, les supporteurs Zébrés présents se disent que ça va le faire : 25 partout, puis 26 partout. Il reste 4 minutes à jouer quand intervient LE tournant du match. Un tir cournonnais s’écrase sur le poteau : a t-il été dévié ou non par notre gardien ? Sort-il en touche, en corner ou en sortie de but ? Léger flottement chez la paire arbitrale (irréprochable pendant toute la rencontre mais qui a semblé un peu dépassée dans les ultimes minutes) : la balle est finalement donnée à Cournon, la remise en jeu est rapide, le décalage dans notre défense trouvé. Poussé à la faute, Nicolas Depouilly est sanctionné de 2 minutes avec jet de 7 mètres à suivre transformé par Bouquet. Double peine après une action confuse qui laissera un goût amer…

Les dernières minutes sont acharnées, les jaunes et verts ne lâchent rien, reviennent à -1. On croit le match nul encore possible, mais après une nouvelle exclusion temporaire sifflée à Lionel Héritier et un nouveau pénalty accordé, le HBGG est forcé de rendre les armes (score final : 29-27).

Le coup n’est pas passé loin. Les joueurs peuvent être fiers de leur prestation. Ils ont joué avec le cœur, les tripes et auraient très sincèrement mérité mieux de ce déplacement : la victoire, tout simplement. Il n’a manqué que la victoire. Car pour le reste, l’équipe n’a rien à se reprocher : FIERTE !

 

D.L.

Aestivo - Partenaire et réalisation web